Lien père-enfant

Le psychologue Andreas Eickhorst explique comment se construit une bonne relation père-enfant.

La construction d'une relation sûre commence à la naissance

Une situation typique : le père et l'enfant prennent le train ensemble. L'enfant râle - le père ne réagit pas. L'enfant se met à crier, le père répond par des cris. Un observateur pourrait penser qu'il s'agit d'une mauvaise relation père-enfant. Mais est-ce le cas ? En tout cas, le thème de l'attachement fait l'objet de nombreuses discussions. Le professeur Andreas Eickhorst explique ce qu'il en est.

Image

Tout le monde parle d'attachement, de peur de l'attachement et de troubles de l'attachement. Mais tout ce que nous appelons attachement au quotidien en est-il un au sens scientifique du terme ?

Vous avez raison, nous aimons parler d'attachement dans la vie de tous les jours, mais ce terme désigne en fait quelque chose de bien plus complexe que ce que l'on croit au premier abord. Votre exemple le montre bien : nous voyons un père interagir avec un enfant et nous en déduisons si l'attachement est bon ou mauvais. En réalité, l'attachement est un programme comportemental complexe qui repose sur une multitude d'interactions individuelles. Une brève observation comme celle du voyage en train n'est donc pas du tout représentative pour juger de l'attachement. En principe, on peut dire qu'il faut beaucoup de temps pour établir un attachement sûr, mais qu'il est également difficile de le rompre.

Vous venez d'utiliser le mot "sûr". Existe-t-il aussi des liens "insécurisés" ? Et comment se crée un lien père-enfant ?

En fait, on ne parle pas de bons et de mauvais liens, mais de liens sûrs et de liens insécurisés. L'attachement du père et de l'enfant commence à la naissance. Le bébé est sans défense et a besoin de protection, par exemple de la part de son père. Il cherche du réconfort, de la proximité et de la sécurité et l'exprime par exemple par des pleurs. Le père est alors généralement activé pour réagir rapidement. Un lien sûr se crée lorsque le père répond de manière satisfaisante aux besoins de l'enfant. Il est important que cela se fasse d'une certaine manière : Premièrement, rapidement - c'est-à-dire pas seulement une heure plus tard -, deuxièmement, de manière appropriée - c'est-à-dire en nourrissant l'enfant lorsqu'il a faim et pas seulement en le consolant - et troisièmement, de manière fiable - c'est-à-dire que le père ne réagisse pas tantôt avec affection, tantôt avec aversion. Lorsque tout cela se produit, un lien sûr se développe entre le père et l'enfant. La qualité des interactions est ici plus importante que la quantité. Même si le père et l'enfant ne se voient qu'une fois par semaine, cela n'empêche pas en soi l'établissement d'un lien solide entre eux. Mais si le comportement du père est ambivalent et n'est pas fiable pour l'enfant, celui-ci réagit par un mécanisme de protection. Comme ses attentes ne sont pas satisfaites, il s'investit moins dans la relation afin de se protéger contre d'autres déceptions. Dans ce cas, on parle d'un lien père-enfant insécurisé. Et cela peut se produire même si le père et l'enfant se voient et interagissent quotidiennement.

Ce lien évolue-t-il au cours de la vie ? Est-il plus fort lorsque l'enfant est petit et diminue-t-il avec l'âge de l'enfant ?

L'attachement lui-même ne change pas, une fois qu'il est établi, il est relativement stable. Ce qui change, c'est son importance. Si le père est la seule personne de référence, par exemple parce que la mère décède à la naissance et que le père et l'enfant vivent alors isolés quelque part, la dépendance de l'enfant vis-à-vis du père est d'autant plus grande et l'attachement omnipotent. En règle générale, plus l'enfant grandit, plus il rencontre de personnes (par exemple à la crèche ou à l'école) avec lesquelles il crée un lien. Comme il y a désormais d'autres interlocuteurs, le lien avec le père n'est plus aussi central. Pendant l'adolescence, le cercle d'amis semble beaucoup plus important, puis le partenaire. Tous ces changements n'ont cependant pas d'effet sur le lien père-enfant proprement dit. Celui-ci reste aussi stable ou instable qu'il a été construit - à moins qu'il ne soit endommagé par un traumatisme.

Quand vous dites traumatisme, vous faites surtout référence à la violence ou aux agressions sexuelles ? Et y a-t-il d'autres événements qui peuvent endommager le lien père-enfant ?

Les exemples que vous citez sont clairement des traumatismes. Mais un traumatisme peut aussi survenir, par exemple, lorsque le contact avec le père est soudainement rompu et que l'enfant ne parvient pas à le comprendre et à le gérer. Les enfants s'accusent souvent eux-mêmes de la séparation de leurs parents, ils ne comprennent pas qu'il existe des facteurs extérieurs à la configuration tripartite mère-père-enfant qui ont provoqué la séparation. Or, si après la séparation, le contact entre le père et l'enfant est rompu sans que la mère n'explique à l'enfant pourquoi, cela peut provoquer un traumatisme et endommager le lien père-enfant. En cas de troubles de l'attachement - c'est-à-dire lorsque le père et l'enfant n'interagissent pas du tout en tant que relation d'attachement - il est possible d'essayer, dans le cadre d'une thérapie, de créer au moins un lien fonctionnel. Les centres de conseil en éducation ou les centres de conseil parents-nourrissons, qui existent dans toutes les grandes villes, sont ici les premiers interlocuteurs.

Nous avons maintenant parlé tout le temps de l'attachement père-enfant. Or, on accorde surtout une importance particulière au lien mère-enfant. C'est elle qui porte le bébé et l'allaite. Ce lien est-il donc plus fort que celui entre le père et l'enfant ?

Scientifiquement, il n'existe aucune preuve de cela. Les caractéristiques de l'attachement sont les mêmes chez la mère et le père, et les modèles d'attachement sont également les mêmes. Chez l'un comme chez l'autre, l'ocytocine, l'hormone de l'attachement, est sécrétée dans le cerveau, par exemple lorsqu'ils tiennent un enfant qui pleure dans leurs bras. Les deux types d'attachement sont absolument équivalents. La nature a imaginé cela intelligemment, car le père peut ainsi, par exemple, remplacer la mère d'une certaine manière en cas de décès de celle-ci. Toutefois, la nature de l'attachement est différente, la promotion de l'exploration étant plus centrale chez lui que chez la mère. Cela est également lié à notre modèle social (toujours) actuel de répartition du travail et des rôles : La mère a tendance à réconforter l'enfant et le père à interagir de manière très ludique et exploratoire. Les scientifiques ont également constaté que lorsqu'un lien père-enfant sûr existe dès le début, cela a un effet positif sur le développement. Ces enfants sont ensuite plus à même de développer un lien sûr avec leur partenaire

.

A propos de l'auteur

Le professeur Andreas Eickhorst est psychologue du développement et professeur de "Psychologische Grundlagen Sozialer Arbeit" à l'université de Hanovre. Dès sa thèse, il s'est intéressé aux interactions père-nourrisson et aux théories sur la paternité. Il est resté fidèle à ce thème et travaille depuis entre autres dans la recherche sur le père, sur les interactions parents-enfants et sur la psychologie familiale.

Où trouver de l'aide et des conseils?

Si vous avez l'impression que vous avez du mal à créer un lien avec votre enfant, n'hésitez pas à demander une aide extérieure. Vous pouvez à tout moment vous adresser à l'un des quelque 270 centres de conseil aux parents et aux familles de Rhénanie-du-Nord-Westphalie pour poser vos questions et faire part de vos inquiétudes. Vous trouverez un centre près de chez vous en effectuant une recherche sur le web ou en utilisant le moteur de recherche sur le portail de la DAJEB Deutsche Arbeitsgemeinschaft für Jugend- und Eheberatung e.V.

Le Männerberatungsnetz regroupe des offres de conseil spécialisées dans les préoccupations et les situations de conflit des garçons, des hommes et des pères. Grâce à la carte de consultation, vous trouverez ici un service de consultation près de chez vous.

Pourquoi le premier lien est particulièrement important et comment vous pouvez renforcer le lien avec votre enfant, vous trouverez de nombreux conseils et du matériel sur le portail Elternsein du National Zentrum Frühe Hilfen.

Le portail Kindergesundheit-Info du Centre fédéral d'information sur la santé a également rassemblé des informations et des conseils sur le développement de la relation d'attachement au cours des 12 premiers mois.


Vous trouverez des histoires personnelles et des expériences de pères en Rhénanie-du-Nord-Westphalie sur notre chaîne YouTube dans la playlist "Paternité active".