Partenariat égalitaire

Björn Süfke, thérapeute pour hommes, nous explique comment se débarrasser des vieux schémas

.

Négocier le partenariat en vaut la peine - et crée des liens !

Il y a un changement dans la conscience des pères modernes. Mais qu'en est-il réellement de la répartition des tâches au sein des couples parentaux d'aujourd'hui ? Et comment réussir concrètement à négocier une parentalité égalitaire ? Le psychologue et thérapeute masculin Björn Süfke donne des conseils sur la façon dont les pères peuvent changer les anciens modèles de rôles.

Image

Rédaction : Des études montrent que : De nombreux hommes souhaitent aujourd'hui passer plus de temps avec leurs enfants, s'investir à la maison, faire du bon travail et avoir un bon dialogue avec leur partenaire sur tout cela. Mais la réalité de la vie montre souvent une autre image. Qu'en est-il donc aujourd'hui de l'image des rôles et du partenariat au sein de la famille ?

Björn Süfke : En principe, il existe une tendance claire qui montre qu'il y a un changement de conscience chez les hommes. Les pères ressentent de plus en plus le besoin de s'affranchir des anciens modèles de rôle et l'expriment de plus en plus souvent. Là où, à mon avis, les choses se gâtent souvent, c'est dans la mise en pratique. Les pères et les mères aiment bien dire : "Oui, nous sommes égaux, nous décidons ensemble", mais au niveau inconscient, de nombreux schémas sont en place. Il s'agit donc de reconnaître ces schémas, de s'y confronter et d'en parler avec sa partenaire - sans se blâmer ni se juger, mais avec beaucoup de compassion et d'humour envers soi-même. Ce que l'on reconnaît, on peut aussi le changer pour emprunter consciemment d'autres voies.

Un exemple personnel : pour dissoudre les anciens schémas de rôles, ma femme et moi nous partageons effectivement 50/50 autant de tâches de garde d'enfants que possible. Pour que, par exemple, au moment de mettre les enfants au lit, il ne s'insinue pas inconsciemment à un moment ou à un autre que c'est à la mère de s'occuper d'eux et de les câliner, nous le faisons en alternant les tâches au fil des jours. Ainsi, nous risquons moins de développer - sans le vouloir - des routines où l'un ou l'autre est responsable de certains sujets.

Rédaction : Que peuvent faire les hommes et les pères de manière très pragmatique pour faire avancer le thème du partenariat au sein de la famille et de la société ?

Björn Süfke : Pour être très clair : en tant qu'homme, je peux d'abord me rendre compte - si possible sans préjugés - de la situation : Quel est mon propre besoin ? Sans préjugés signifie ici ne pas simplement crier "enfants, enfants, famille" et laisser le travail complètement de côté, juste pour être un "type moderne". Non, il s'agit de se demander honnêtement : comment est-ce que je veux organiser ma paternité, mon couple et mon travail ? C'est la meilleure chose que les hommes puissent faire pour eux-mêmes, idéalement avant même la naissance d'un enfant.

Il s'ensuit naturellement que le résultat doit être discuté et négocié d'égal à égal avec la partenaire, car il s'agit également d'une répartition concrète du travail et des tâches. De nombreuses femmes sont souvent plus avancées dans la compréhension de leur rôle de mère et, en l'absence d'un point de vue indépendant du partenaire, la proposition de la mère est inévitablement appliquée pour de nombreuses questions d'éducation des enfants. Pour être un bon négociateur et un bon père, il faut déterminer sa propre position à l'avance. C'est ce que l'on appelle littéralement "l'émancipation" - c'est un travail de longue haleine, mais qui en vaut la peine.

Rédaction : Quel est l'impact de ce que vous demandez sur les enfants ?

Pour les enfants, le plus grand bénéfice est que le père soit présent en tant qu'être humain. Pour cela, il est important de partager les bons moments tout comme les moments difficiles. Un père qui ne passe que du temps de qualité avec ses enfants est peut-être un père apprécié, mais il n'est pas plus un modèle que celui que l'on voit à la télévision dans ses meilleurs moments.

En revanche, si un père est également présent sur le plan émotionnel, ce qui représente souvent le plus grand défi pour nous, les hommes, il est alors un incroyable atout en tant que modèle masculin, en particulier pour les fils.

Et globalement, pour nous en tant que société, il serait bien sûr formidable que nous, les hommes, mettions tout cela en pratique et que nous en fassions aussi un peu part à l'extérieur, afin de faire avancer le débat social en montrant chacun notre propre exemple. Il est par exemple important que nous nous exprimions si, en tant que pères, nous ne nous sentons pas perçus par le public comme des parents égaux. Nous devons maintenant, comme les femmes avant nous, nous demander quel est notre rapport aux exigences de la société en matière de rôle : où sont-elles en contradiction avec mes souhaits ? C'est avec cette attitude émancipatrice qu'il s'agit de construire tout le reste, aussi bien les négociations de partenariat que notre propre pratique quotidienne en tant que père.

Rédaction : Quels sont les autres points que vous jugez particulièrement importants dans la négociation en partenariat?

Björn Süfke : Personnellement, j'aimerais que l'on s'éloigne de l'idée que les processus de négociation se focalisent sur ce qui est problématique. Je pense que nous devrions aborder le sujet de manière beaucoup plus positive.

La négociation ne doit pas être négative, comme nous le savons peut-être dans le monde des affaires. Dans ce domaine, le principe est souvent le suivant : plus je négocie, plus j'en retire de bénéfices et moins mon interlocuteur en retire. Ce n'est pas un modèle qui fonctionne dans le domaine du partenariat. Ici, il ne s'agit pas d'une situation gagnant-gagnant, mais d'une situation gagnant-gagnant ou justement perdant-perdant - nous sommes toujours tous les deux concernés.

Personnellement, je considère que ces processus de négociation avec ma femme autour de "qui conduit où, qui fait quoi, aujourd'hui l'enfant doit aller chez le médecin, qui peut.... ?" sont tout à fait enrichissants. C'est justement lorsque la communication fonctionne sur les petites choses du quotidien que cela devient incroyablement fédérateur au niveau du couple. Et d'ailleurs, chez nous, "négocier" ne signifie pas toujours "Qui de nous doit aller à la réunion parents-profs ce soir ?", mais souvent aussi "Qui de nous PEUT aller à la réunion parents-profs ?" - parce que nous aimons tous les deux faire beaucoup de choses autour de la parentalité...

Les thérapeutes de couple disent d'ailleurs que les couples qui veulent avoir un avenir ensemble ont besoin d'un projet commun. Si l'on prend la parentalité comme exemple d'un tel "projet", tout le monde en profite : les enfants, mais aussi les parents en tant que couple.

Rédaction : Quelles sont les conditions générales et les offres de soutien qui aident les couples à négocier en partenariat?

Björn Süfke : L'allocation parentale et le congé parental, les congrès sur la paternité et les portails tels que le portail familial.NRW sont des étapes importantes dans la bonne direction. L'inégalité de rémunération entre les hommes et les femmes ou les pressions subies par les hommes lorsqu'ils demandent un congé parental dans leur entreprise afin de pratiquer une paternité active montrent cependant que nous sommes encore loin, du point de vue des conditions structurelles, d'être prêts à mettre en œuvre au quotidien les besoins des pères et des couples décrits au début.

Je constate moi-même dans la pratique à quel point le besoin de soutien est grand et combien les offres d'aide sont rares. Je pense que nous avons besoin de beaucoup d'espaces de formation et de réflexion pour les pères et les couples, afin que nous puissions apprendre les uns des autres. Dans le domaine de la paternité, nous, les hommes, ne sommes souvent pas pris au sérieux au quotidien. Si nous voulons, en tant que société, sortir des rôles traditionnels dans le sens d'un élargissement, de sorte que toutes les possibilités puissent être exploitées par les hommes et les femmes, nous devons alors offrir suffisamment de soutien - aux femmes comme aux hommes.

A propos de la personne:

Björn Süfke est conseiller pour hommes, auteur de livres et père. C'est à partir de ces différentes perspectives qu'il s'intéresse aux multiples facettes de la condition masculine. Il a notamment publié les livres "Männerseelen" et "Männer. Ce que signifie être un homme aujourd'hui". Plus récemment, il a publié un recueil de nouvelles intitulé "Papa, tu as des cheveux sur la calvitie ! De la vie quotidienne d'un père".

Où trouver de l'aide et des conseils?

Pour toutes les questions relatives à la parentalité, aux processus de négociation au sein du couple et aux conflits familiaux, vous pouvez à tout moment faire appel à une aide extérieure. Dans les quelque 270 centres de conseil aux parents et aux familles en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, vous rencontrerez des professionnels expérimentés avec lesquels vous pourrez discuter de vos défis et de vos soucis par téléphone, en personne ou par voie numérique. Vous trouverez un centre près de chez vous en effectuant une recherche sur le web ou en utilisant le moteur de recherche sur le portail de la DAJEB Deutsche Arbeitsgemeinschaft für Jugend- und Eheberatung e.V.

Le Männerberatungsnetz regroupe des offres de conseil spécialisées dans les préoccupations et les situations conflictuelles des garçons, des hommes et des pères. La carte des services de conseil vous permet de trouver un service de conseil près de chez vous.

Lisez également à ce sujet l'article "Partenariat équitable - Qui fait quoi et combien ?" ici sur le site Familienportal.NRW sous

.


Vous trouverez des histoires personnelles et des expériences de pères en Rhénanie-du-Nord-Westphalie sur notre chaîne YouTube.